Accueil du site > Actions passées > Actions 2012 > Comptes rendus des actions > Lanion (22) : Hommage aux liquidateurs

Lanion (22) : Hommage aux liquidateurs

JPEG - 44.9 ko

Hier, 26 ans après la catastrophe, une trentaine de militants de l’association « Sortir du nucléaire-Trégor » ont rendu hommage aux liquidateurs de Tchernobyl.

11h25, hier, sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Sortant de sa traction fuchsia et noire, la mariée s’apprête à s’engouffrer dans la mairie où elle va bientôt dire oui. En guise de comité d’accueil, la belle tombe sur une trentaine de militants (*) de Sortir du nucléaire-Trégor, association née il y a tout juste un an, après le drame de Fukushima. Eux, ne sont pas là pour dire oui, mais pour dire non. Non au nucléaire.

Les anti-nucléaire à la noce

En tête de rassemblement, mégaphone en main, Laurent Lintanf, qui n’avait pas prévu le coup, donne de la voix. S’il n’envisage pas de perturber les épousailles outre mesure, l’occasion est tout de même trop belle pour ne pas, brièvement, voler la vedette aux stars du jour. Militant pour « l’avenir radieux » des mariés et non « un avenir irradié », le porte-parole, en verve, poursuit l’effet d’aubaine en lançant à la cantonade « la mariée est en blanc, comme les liquidateurs. Ou plutôt en blanc cassé, comme la centrale ». La centrale qu’il évoque en pleine rue, ce n’est pas celle de l’archipel japonais, qui a explosé il y a tout juste un an. Cette fois, le leader associatif évoque et surtout ravive le douloureux souvenir de Tchernobyl. « C’était le 26avril 1986 », rappelle Laurent Lintanf, qui, 26 ans après le drame, se tourne vers ses amis masqués et habillés comme le furent les liquidateurs à qui tous rendent hommage. « Environ 800.000 personnes ont été réquisitionnées et se sont relayées sur le réacteur en feu pour tenter d’éteindre l’incendie et de limiter les catastrophes. Ces personnes ont combattu une radioactivité effrayante à mains nues, avec des pelles et des jets d’eau », dénonce le président de l’association trégoroise.

Anonymes « sacrifiés »

Pour que l’on n’oublie pas ces irradiés qui, par « dizaines de milliers ont perdu la vie », les manifestants arborent visages et noms de ces anonymes « sacrifiés » sur l’autel de « la folie » des hommes. Un happening « symbolique », souligne Laurent Lintanf, qui note que l’anniversaire intervient au moment où un nouveau sarcophage habille la centrale ukrainienne. « 1,5Md€ la facture... ». 11h30. Venus de l’arrondissement de Lannion, mais aussi « de Plérin, de Ploufragan », les militants de Sortir du nucléaire lèvent le camp, direction la sous-préfecture. Revendiquant « une véritable transparence sur les conséquences du nucléaire en matière de santé publique », les manifestants vont déposer un peu de lecture à l’adresse du représentant de l’État. Lequel pourra toujours rendre compte à sa hiérarchie, « car les accidents, ça n’arrive pas qu’aux autres », boucle Laurent Lintanf.

Voir en ligne : Le télégramme